.

Importance de la protection de l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation

 Dans le cadre des Grandes Conférences Scientifiques au MINRESI dénommées « Le Mois de la Recherche », Monsieur LEMNYUY ALBUN WILLIAM BANYE, Point Focal du protocole de Nagoya au Cameroun a donné une conférence sur le thème : « Importance de la protection de l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation ». Cette rencontre scientifique s’est tenue le 29 mars 2017 à 13h dans la salle de conférences du Ministère de la recherche Scientifique et de l’Innovation. 

Pour le conférencier, le Cameroun est l’un des pays africains les plus riches en diversité biologique. Il occupe le cinquième rang après la République Démocratique du Congo, l’Afrique du Sud, Madagascar et la Tanzanie. Cette richesse en diversité biologique constitue un réservoir du génie et de matériel génétique dont l’essor constitue une source de matières premières potentielles et surtout, des pratiques industrielles qui accompagnent cette avancée technique. Certaines firmes en particulier Pharmaceutiques développent leurs recherches sur les substances naturelles en vue d’obtenir de nouveaux produits.  

Dans le cadre des Grandes Conférences Scientifiques au MINRESI dénommées « Le Mois de la Recherche », Monsieur LEMNYUY ALBUN WILLIAM BANYE, Point Focal du protocole de Nagoya au Cameroun a donné une conférence sur le thème : « Importance de la protection de l’accès aux ressources génétiques et le partage juste et équitable des avantages découlant de leur utilisation ». Cette rencontre scientifique s’est tenue le 29 mars 2017 à 13h dans la salle de conférences du Ministère de la recherche Scientifique et de l’Innovation.

Pour le conférencier, le Cameroun est l’un des pays africains les plus riches en diversité biologique. Il occupe le cinquième rang après la République Démocratique du Congo, l’Afrique du Sud, Madagascar et la Tanzanie. Cette richesse en diversité biologique constitue un réservoir du génie et de matériel génétique dont l’essor constitue une source de matières premières potentielles et surtout, des pratiques industrielles qui accompagnent cette avancée technique. Certaines firmes en particulier Pharmaceutiques développent leurs recherches sur les substances naturelles en vue d’obtenir de nouveaux produits. 

Selon Monsieur LEMNYUY ALBUN WILLIAM BANYE,   au Cameroun, certaines recherches scientifiques financées par les pays utilisateurs ne prennent pas en compte les règles d’accès aux ressources génétiques. On constate que des ressources sont encore exportées, développées et commercialisées sans le consentement des pays qui les fournissent et sans leur  participation aux bénéfices qui en découlent.  Ceci est l’occasion qui permettrait de veiller à ce que les industries et les communautés scientifiques qui ont accès à ces ressources partagent les avantages tirés de la recherche et du développement avec les populations qui en ont la garde. La protection de l’accès aux ressources  génétiques présente des enjeux non seulement de conservation, d’utilisation durable mais aussi socio-économique et scientifique. La Convention sur la Diversité Biologique stipule que des accords soient conclus entre les parties prenantes concernant l’accès à ces ressources et le partage des avantages qui en résultent. Le Cameroun a ratifié cette convention le 29 août 1994 et bénéficie d’un encadrement juridique au niveau international et sous-régional. Au niveau national, le Cameroun ne dispose pas encore un cadre juridique sur l’Accès aux ressources génétiques et au Partage juste et équitable des Avantages découlant de leur utilisation (APA). Il existe néanmoins des instruments juridiques réglementant les questions environnementales, de foresterie et d’agriculture renfermant quelques dispositions en matière de l’APA qui sont exploitables et exploités par le Cameroun. 

 Francine ALANG

 

Background Image

Header Color

:

Content Color

: