Nous écrire Contact Plan du Site           Français | English

La variation des épidémiologies des cancers imprimés par la pandémie du VIH-Sida

    Le professeur ESSAME OYONO, Médecin chercheur et Directeur de l’Institut de recherche Médicales et d’études des Plantes Médicinales (IMPM) a intervenu le jeudi 02 juillet 2014 avec le thème « La variation des épidémiologies des cancers imprimés par la pandémie du VIH-Sida ».

Le Médecin chercheur de l’IMPM, a affirmé que « si rien n’est fait, dans 10 ans, les cancers vont devenir un problème de santé publique au Cameroun, plus grave que le paludisme. Et ce, à cause de la pandémie du VIH/Sida.

De moins de 100 cas en 2003, l’on est passé à plus de 300 cas en 2012, parmi les malades du Sida au Cameroun ». C’est en des termes que le premier conférencier de l’année  a conclu son exposé du jeudi 02 juillet 2014.
Il est fortement recommandé la prévention, notamment des facteurs à risque dont le tabagisme et le dépistage des cancers dans toutes les populations, notamment celles avec le VIH/Sida.

    Le professeur ESSAME OYONO, Médecin chercheur et Directeur de l’Institut de recherche Médicales et d’études des Plantes Médicinales (IMPM) a intervenu le jeudi 02 juillet 2014 avec le thème « La variation des épidémiologies des cancers imprimés par la pandémie du VIH-Sida ».

Le Médecin chercheur de l’IMPM, a affirmé que « si rien n’est fait, dans 10 ans, les cancers vont devenir un problème de santé publique au Cameroun, plus grave que le paludisme. Et ce, à cause de la pandémie du VIH/Sida. De moins de 100 cas en 2003, l’on est passé à plus de 300 cas en 2012, parmi les malades du Sida au Cameroun ». C’est en des termes que le premier conférencier de l’année  a conclu son exposé du jeudi 02 juillet 2014.

Il est fortement recommandé la prévention, notamment des facteurs à risque dont le tabagisme et le dépistage des cancers dans toutes les populations, notamment celles avec le VIH/Sida.

Le Docteur NOE WOIN, Directeur Général de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD),qui a pour mission de répondre aux préoccupations des acteurs du développement agricole sur l’étendue du territoire national, a intervenu le jeudi 14 Août 2014 avec le thème « les stratégies de protection intégrée contre les insectes ravageurs des cultures au Cameroun :une valorisation économique des résultats de recherche ».
Après avoir définit la lutte intégrée (système de protection qui combine plusieurs méthodes en limitant l’utilisation des produits chimiques et donc, prend en compte les points de vue économique, santé humaine et environnement), le chercheur pose la problématique. «L’agriculture ne peut ni apporter les bénéfices, ni jouer le rôle important à lui dévolu par le DSCE que si la lutte intégré permet d’éviter les menaces des ravageurs dans les champs» (SE PAUL BIYA, Comice Agro-pastoral d’Ebolowa, 2011).
L’IRAD propose comme solution une association de lutte génétique (insertion des gènes), lutte culturale (brulis et labour profond pour éliminer les œufs des boreurs du maïs, rotation et association des cultures), et lutte chimique (traitement par thermo nébulisation contre les capsides et les mirides du cacao, traitement aérien contre les criquets pèlerins).
Pour une agriculture capable d’apporter des bénéfices et de jouer le rôle à lui dévolu par le DSCE, il faut :

    Multiplier les modules de renforcement des capacités des formateurs des producteurs agricoles en techniques de lutte intégrée (ex. Approche champs Ecoles Paysans);
    Accroitre le nombre des thèmes traitant des aspects de la lutte intégrée dans les offres des formations académiques aux étudiants/ jeunes chercheurs;
    Vulgariser davantage les méthodes élémentaires de la lutte intégrée à travers les JPO, les bulletins techniques et le site web (www.iradcameroun.org),
    Faire le plaidoyer auprès des Ministères sectoriels en charge du développement agricole pour la création d'une  structure permanente en charge de la protection intégrée contre les ravageurs des cultures.
En somme, La Lutte intégrée :
    joue un rôle très important dans la protection de l’environnement, des ressources génétiques, des sources d'eau potable et des organismes non cibles des pesticides pour une agriculture durable;
    préserve la santé des hommes, celle des animaux à travers la réduction de l’utilisation des pesticides;
    limite les résidus de pesticides dans les denrées alimentaires et rend les produits agricoles plus compétitifs sur les marchés locaux, régionaux et internationaux.
Les communautés urbaines ainsi que les mairies pourraient s’aproprier cette technique de protection aux fins d’en faire une large diffusion auprès des populations locales pour que l’agriculture apporte des bénéfices et joue son rôle de levier de l’économie.



                                                               PRESENTATION IRAD PODIUM                                                                                                                                                

Services aux Usager

Projets Scientifiques

Background Image

Header Color

:

Content Color

: