Nous écrire Contact             Français | English
N°39 (septembre 2018)

 Effets des biomasses vertes de Tithonia diversifolia et des engrais minéraux sur la croissance, le développement et le rendement du manioc au Cameroun

Le manioc deuxième culture vivrière du Cameroun après  le maïs, est largement consommé par des populations avec plus de 40 différentes recettes culinaires et utilisations diverses. Il est cultivé dans toutes les zones agro écologiques couvrant neuf des dix Régions avec une forte propension dans le « Grand Sud » Cameroun (Est,  Centre, Sud,  Littoral, Sud-ouest, Ouest et  Nord-ouest). Toutefois, le vieillissement remarquable de la population rurale et l’exode rural entraînent une chute de sa production. Les systèmes de production ont prouvé que le manioc est une culture qui appauvrit le sol. Par ailleurs, l’augmentation de la pression démographique a entraîné une intensification des pratiques agricoles et une extension des surfaces cultivées…

Télécharger 

N°38 (juin 2018) Les larves de hannetons : une curiosité scientifique

Philippe le Gall, chercheur en entomologie à l’institut de Recherche pour le Développement (IRD) en France, a conduit de 2009 à 2013 au Cameroun, en collaboration avec les enseignants des universités de Yaoundé I et de Douala, puis des chercheurs de l’IRAD, des travaux portant sur la question des insectes comestibles. Les résultats de cette recherche sont contenus dans l’ouvrage intitulé Savoureux insectes. De l’alimentation traditionnelle à l’innovation gastronomique, publié en 2016 à Paris aux éditions IRD.

Télécharger

N°35 (septembre 2017)

La sciure de bois : une source d’énergie pour les ménages
La demande de bois de chauffage au Cameroun est de loin supérieure à l’offre. L’ampleur de cet écart varie d’une Région à l’autre ; notamment dans la partie Septentrionale du pays où des ménagères parcourent de longues distances pour prélever de maigres ressources végétales existantes qui sont censées améliorer les conditions de vie des populations et freiner l’avancée du désert. Pourtant, dans les zones dites forestières du pays, les usines de première transformation du bois génèrent d’importantes quantités de déchets, telles que les sciures
   
Télécharger

N°37 (mars 2018) Promotion des résultats de la recherche au Cameroun

Dans le cadre de la valorisation et  de la vulgarisation des résultats de recherche, en liaison avec tous les secteurs de l’économie nationale, le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation (MINRESI) a organisé la 6ème édition des Journées d’Excellence de la Recherche Scientifique et de l’Innovation au Cameroun (JERSIC) à l’esplanade de l’Hôtel de Ville de Yaoundé du 21 au 23 février 2018. Les JERSIC ont pour objectif de permettre au Système National de Recherche Scientifique et d’Innovation, de contribuer efficacement à l’amélioration des performances des entreprises camerounaises …

 Télécharger

N°34 (juin 2017) L’aquaculture, un levier pour la croissance économique et l’emploi au Cameroun

L’élevage des poissons et la pêche  sont des activités importantes au Cameroun. Le Ministère de la Recherche Scientifique et de l’Innovation à travers l’Institut Agricole de Développement (IRAD) a développé des stratégies visant l’amélioration de l’aquaculture au Cameroun…

Télécharger

Fichier 1

Fichier 2

Fichier 3

N°36 (Décembre 2017)

Les briquettes de terre améliorée : une solution innovante pour la construction des bâtiments à coût réduit.
Au Cameroun, le déficit du logement est important et augmente avec l’accroissement de la population. Cette situation se justifie par le coût élevé des matériaux de construction au regard du faible pouvoir d’achat. De ce fait, des solutions urgentes et innovantes ont été trouvées pour inverser la tendance actuelle…

Télécharger le bulletin

N°32 Mars 2017 «Valoriser les produits locaux et réduire les coûts alimentaires dans l’élevage de la volaille et du porc au Cameroun»

Dr DONGMO Thomas, Directeur de Recherche en Production animale, présente la quintessence des résultats de ses travaux de recherche.

Tout est parti du constat selon lequel les aliments utilisés pour l’élevage comme la provende se vendaient sur les marchés camerounais à des prix exorbitants. Or nous savons que  40%de la population totale estimée à environ 20 millions d’habitants vivent en dessous du seuil de pauvreté c’est-à-dire gagnent moins 738 FCFA par jour …

 Télécharger

Background Image

Header Color

:

Content Color

: