Nous écrire Contact Plan du Site           Français | English
Coopérations et partenariat

La volonté du Gouvernement de faire de la coopération scientifique et technique une des missions essentielles du MINRESI est clairement affichée. L’érection de la Cellule de coopération dudit Ministère en Division obéit à cette optique. Pour la mise en œuvre de cette mission, le MINRESI devra apporter son soutien à travers les résultats de la recherche produits aussi bien au niveau de ses instituts de recherche qu’au niveau international. D’où la nécessité de densifier les axes de coopération scientifique, technique et financière avec les partenaires nationaux, régionaux et internationaux. La Division de la Coopération Scientifique et Technique du MINRESI est investie de l’exaltante tâche d’assurer la coordination de ces relations de coopération avec les partenaires et amis du Cameroun.

Une brève exploration du répertoire de la coopération montre que le MINRESI entretient avec des organisations chargées de missions scientifiques et technologiques une collaboration active. Parmi ces organismes on peut citer, le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD), l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), l’Institut International pour l’Agriculture Tropicale ( IITA ), le Centre International de Recherche en Agroforesterie (ICRAF), la Société Internationale de Linguistiques (SIL), l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI), l’Organisation des Nations Unis pour la Science et la Culture (UNESCO), le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Centre Régional Africain de Technologie (CRAT), le Commonwealth, la Francophonie, la Banque Mondiale la Banque Africaine de Développement…etc. Par ailleurs de nombreuses conventions de partenariat et autres protocoles ont été signées entre les Instituts de recherche et les ONG et les collectivités locales. En matière de coopération, le constat est que les thèmes de recherche en partenariat sont à ce jour essentiellement initiés par les bailleurs de fonds. Or les programmes développés et fixés par ces partenaires financiers ne reflètent pas forcement les intérêts nationaux. La relation entre les universités et instituts de recherche est faible. Certains ministères sectoriels entretiennent des collaborations informelles sans affichage de la contribution du MINRESI. Il n’est pas rare de voir certains chercheurs traités directement avec des partenaires au détriment de ministère de tutelle. La recherche jusque là n’a pas pu mettre en place des partenariats solides avec les entreprises locales. Les relations entre les organismes privés et publics en matière de valorisation des résultats de la recherche sont faibles. Les chercheurs en activité dans les universités ne sont pas rémunérés à leur juste valeur et ne sont pas suffisamment valorisés dans l’encadrement des étudiants. C’est pour cela que la coopération entre les universités et les instituts de recherche constituera une des priorités de la Division.

L’action de la Division de la Coopération Scientifique et Technique (DCST) sera portée sur l’inventaire continu des activités conduites en coopération dans l’ensemble du MINRESI et ses organismes sous tutelle. Cela permet d’avoir une vision dynamique, mieux adaptée et d’entreprendre une coopération de développement à travers laquelle les différentes parties impliquées en tirent une satisfaction mutuelle. Cela permet également de cerner les différents secteurs prioritaires susceptibles de retenir l’assentiment des partenaires nationaux et internationaux. Dans un second temps, conformément à ses missions, la Division va s’atteler à redynamiser et à capitaliser la collaboration avec les partenaires européens, américains et asiatiques (France, Etats-Unis, Canada, Angleterre, Pays-Bas…), s’ouvrir d’avantage à l’Asie (Japon, Corée, Chine, Thaïlande, Arabie Saoudite …) et à l’Amérique du Sud en vue d’explorer de nouveaux axes et thèmes de coopération, rechercher de nouveaux partenaires financiers et techniques à l’instar du Centre pour le Développement International (CRDI), organisme du gouvernement canadien, en vue de réaliser les objectifs du Ministère , suivre l’application des procédures de mise en œuvre de partenariat et de négociation entre les divers acteurs de la recherche et de l’innovation , créer et tenir le fichier des partenaires financiers et techniques internationaux.

En ce qui concerne la Coopération Nationale et Régionale, des actions vont être entreprises pour intensifier la coopération avec les représentants des organisations internationales au Cameroun, encourager la rédaction des projets à soumettre pour le financement par les entreprises nationales telles que la CDC , la SODECOTON , COTCO, la Direction de la protection Civile etc. Au plan régional il sera question de réactiver les relations que certains organismes de recherche entretiennent surtout avec les Etats membres de la CEMAC ; par exemple, la Conférence des Ministres Chargés de la Recherche-développement de l’Afrique de l’Ouest et du Centre , d évelopper le partenariat avec le NEPAD, s uivre les relations avec les scientifiques et ingénieurs camerounais de l’étranger, r éactiver la discussion entre le MINRESI et l’Ambassade de la République Sud Africaine , afin d’établir une coopération à travers un accord-cadre et des conventions de coopération avec les partenaires scientifiques dans ce pays, initier des partenariats pour la formation des ressources humaines de qualité et par le développement des programmes de recherche fiables, performants et compétitifs autour des pôles d’excellence ciblés et disposant de masses critiques de compétences dans les secteurs scientifiques identifiés comme prioritaires (par exemple, l’Afrique du Sud, le Nigeria, le Kenya, l’Egypte etc.. et encourager le partenariat entre l’IRAD et ses partenaires en vue du renforcement des capacités de cet institut pour la transformation du cacao en produits alimentaires comme en Côte d’Ivoire ou au Ghana.
Pour atteindre ces objectifs une synergie doit néanmoins être mise en place entre la Division de la Coopération Scientifique et Technique, la Division des Politiques Scientifiques et de la Planification (DPSP) et les Instituts de Recherche.

La Division mettra en exergue un cadre de coopération entre les instituts de recherche et les ministères sectoriels, en vue de contribuer à l’élaboration de leurs stratégies de développement, le suivi de l’évaluation permanente des accords de partenariat fait partie des actions majeures à mettre en œuvre assez rapidement. De même, la promotion du micro partenariat entre les instituts de recherche, les établissements universitaires et le secteur privé contribueront à une meilleure valorisation des résultats de la recherche.

 

 

 

Services aux Usager

Background Image

Header Color

:

Content Color

: