Nous écrire Contact             Français | English

Une couveuse « made in Cameroon » dévoile ses charmes au public

  Mois de la Recherche
    La couveuse néonatale est adaptée au contexte africain et facile à l’usage. Elle est insensible aux variations de tensions électriques (entre 90 et 240 volts) et peut refroidir en cas de besoin. On peut la dépanner rapidement ou avoir une assistance technique. C’est une couveuse interactive.
    Elle intègre un Smartphone qui enregistre les données, qui permettent au médecin
de maintenir le contact et l’interaction avec la couveuse, de visualiser à distance grâce à une
caméra le bébé, d’avoir toutes les alertes de sécurité sur son portable. Tout le monde peut interroger la disponibilité de la couveuse sans se déplacer. Cette interactivité est cruciale en Afrique, compte tenu du déficit de personnel qualifié de santé, des difficultés habituelles à identifier les couveuses disponibles. Elle ouvre également un champ infini de possibilités pour des analyses de données en santé publique et recherche universitaire sur la prématurité. Elle intègre également un dispositif de photothérapie simplifié et répond aux normes internationales.
    Telles sont les principales caractéristiques de cette œuvre innovante qui viendra à coup sûr réduire le nombre de mortalités néonatales au Cameroun. Des études récentes montrent que pour des raisons diverses, il y a une tendance à l’augmentation des prématurés aujourd’hui. On estime entre 80 à 90 mille bébés nés hors termes avec douze mille décès enregistrés chaque année faute de couveuse.
   
    C’est d’ailleurs  le principal défi qu’entend relever Serge Alain Njidjou, Manager de l’Agence universitaire pour l’Innovation et toute son équipe afin d’accompagner l’Organisation mondiale de la santé dans la réduction de la mortalité néonatale de près de 70 pour cent. Lauréat du prix spécial du Président de la République lors de la sixième édition des Journées d’Excellence de la Recherche Scientifique et de l’Innovation au Cameroun organisées par le Ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation, en février 2018, la couveuse néo natale locale réussit petit à petit à asseoir sa notoriété. L’accompagnement du gouvernement camerounais lui a apporté une grande visibilité. Elle  a remporté le prix Initiative de l’Agence Française de Développement, Digital Challenge, le 09 mai 2019 à Paris et est présente dans plusieurs compétitions. L’innovation a des résultats satisfaisants dans les quatre cliniques dans lesquelles elle est utilisée. Pas étonnant alors que les commandes soient sans cesse grandissantes de la part de certains centres hospitaliers de référence au Cameroun.
    L’Agence universitaire pour l’Innovation, le porteur du projet, n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. En attendant que le processus d’homologation de l’OMS aboutisse, l’heure est au perfectionnement de cette œuvre. Car le rêve de cette association, c’est d’aller vers une maternité connectée et autonome, qui permet de palier le déficit de médecins dans les zones rurales affectées par un déficit énergétique. Pour y parvenir, il faut donc créer un système fonctionnant grâce au solaire et comprenant entre autres un échographe portable connecté au wifi pour les échographies, un tocographe connecté en USB pour enregistrer les bruits du cœur et les contractions utérines lors de l’accouchement.
    Pour obtenir le précieux sésame, il suffit juste de débourser moins de deux millions F CFA, avec une assurance d’un service après-vente (02 ans de garantie-constructeur) et même des possibilités de paiement étalés.

Justine Nguendi

.

Background Image

Header Color

:

Content Color

: