.

Coopération MINRESI/UNESCO

Le Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation Dr Madeleine Tchuinté a reçu en audience ce jeudi 19 avril 2018 à 10 heures, le nouveau Directeur et Représentant du Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale, monsieur khaled salah. Après avoir félicité son hôte pour sa promotion à sa nouvelle fonction, madame le Ministre s’est réjouit de la fructueuse coopération entre le MINRESI et l’UNESCO. Dr Madeleine Tchuinté a par la suite rappelé que son département ministériel travaille actuellement à la mise en œuvre des recommandations du tout premier Forum MOST des Ministres du développement social pour l’Afrique centrale et le Nigéria organisé à Yaoundé du 24 au 26 Octobre 2016. Cette rencontre de très haut niveau avait pour thème «Insécurité et Migration en Afrique Centrale : Impact sur les femmes et les jeunes ».
 L’une de ces recommandations majeures qui globalement s’inscrivent dans le plan d’action des programmes MOST, est la création d’une Ecole MOST au Cameroun. Au regard de l’importance et surtout du caractère stratégique de ce projet, le Cameroun compte sur l’appui et l’expertise de l’UNESCO. 
Au cœur des échanges entre les deux personnalités, figurait aussi en bonne place, le Bureau Régional Multisectoriel de l’UNESCO pour l’Afrique Centrale. Nouveau dispositif  enrichi récemment d’un nouveau programme portant sur les sciences humaines et sociales. Cette structure est susceptible d’une part, de renforcer les capacités des chercheurs en sciences humaines et sociales et d’autre part, de jouer le rôle de facilitateur à l’effet de transformer le Centre National d’Education institut sous tutelle du MINRESI en véritable Institut de recherche en sciences sociales pour le développement. 
Grâce à une nouvelle dynamique impulsée par le Président Paul Biya, Chef de l’Etat, le MINRESI a procédé depuis 2015 au renforcement des effectifs en ressources humaines du Système National de Recherche. Ainsi, environ 600 jeunes chercheurs ont été recrutés entre 2015 et 2017. Le processus va se poursuivre jusqu’à l’atteinte du nombre cible de mille (1000) nouveaux chercheurs. Cet accroissement numérique des chercheurs s’accompagne d’un défi en matière de renforcement des capacités scientifique et technologique. A ce sujet, le MINRESI compte sur le partenariat avec l’UNESCO.
Le Cameroun a, via le MINRESI, contribué à la révision de la Recommandation de 1974 concernant la condition des chercheurs scientifiques. Ladite recommandation a fait l’objet d’échange nourris au cours de la 39ème conférence générale de l’UNESCO.
Convaincu de la pertinence d’une telle démarche et de la nécessité d’arrimer les conditions du chercheurs camerounais à celles prévues par l’UNESCO, le MINRESI a travaillé et mis à jour un projet de statut attractif et susceptible de stimuler les facultés créatrices chez tous les chercheurs scientifiques du Cameroun. Une mouture de ce projet est actuellement dans le circuit administratif et il serait souhaitable que l’UNESCO apporte son appui au MINRESI pour son aboutissement heureux.

André BION

Instituts de recherche

                                        

Background Image

Header Color

:

Content Color

: