Nous écrire Contact Plan du Site           Français | English

Son Excellence JENS-PETTER KJEMPRUD, Ambassadeur du Royaume de Norvège au Cameroun hôte du Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation

Dans le cadre de son séjour au Cameroun, Son Excellence JENS-PETTER KJEMPRUD, Ambassadeur du Royaume de Norvège au Cameroun avec résidence à Abuja au Nigéria était l’hôte du Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, le mercredi 14 février 2018. La redynamisation de la coopération scientifique et technique entre le Cameroun et le Royaume de Norvège était au Centre des échanges qui ont duré près d’une heure de temps. Il convient de noter que sous l’impulsion du président de la République, le Cameroun entend s’ouvrir et renforcer la coopération avec les pays scandinaves.
 
Après un bref rappel historique de la présence du Royaume de Norvège au Cameroun, présence marquée par les actions de lutte contre la sous scolarisation, la mise en place des cases de santé dans la ville de Ngaoundéré par les missionnaires Norvégiens et l’inauguration en décembre 2017 du projet VISCAM, d’une durée de 5 ans, qui va favoriser les échanges entre les Universités de Ngaoundéré et de Tromso, en Norvège, le Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation a décliné les grandes préoccupations de l’heure au MINRESI, susceptibles de requérir l’expertise norvégienne.
 
Elle a cité de prime à bord, le défi inhérent au renforcement des capacités scientifiques et technologiques des chercheurs. En effet, suite à la dynamique impulsée par le président de la République, le MINRESI a procédé en 2015 et 2016 au recrutement de 425 chercheurs. 173 autres seront recrutés au titre de l’année 2017 dans l’optique de l’atteinte du chiffre de 1000 chercheurs à l’horizon 2020. 
 
Le besoin du renforcement des capacités des chercheurs du Centre Spécialisé de Recherche sur les Ecosystèmes Marins (CERECOMA) de Kribi de l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement n’est pas des moindres. En matière de recherche océanographique, hydrologique et d’études des écosystèmes marins avec pour point d’orgue, le développement d’une aquaculture de référence, le Cameroun tirerait bien profit de l’expérience norvégienne.
 
Il en est de même en ce qui concerne le projet de création d’une cité des savoirs au Cameroun sous l’appellation « Silicon River », une structure de recherche de pointe et d’intermédiation pouvant faire le lien entre l’offre des résultats de la recherche et leur valorisation industrielle et commerciale.
 
La capitalisation de l’expérience norvégienne en matière d’éducation, d’intégration des minorités et de la promotion du genre soutenu par une législation en faveur de de l’égalité homme-femme font partie des acquis que le Cameroun peut s’inspirer dans sa quête de la promotion du multiculturalisme, du bilinguisme et du vivre ensemble. 
 
Très attentif et visiblement intéressé par les propos du Dr Madeleine Tchuinté, le diplomate norvégien a indiqué quelques pistes pouvant servir de socle pour une plateforme de coopération entre le Cameroun et le Royaume de Norvège. Pour lui, le projet VISCAM implémenté actuellement à l’Université de Ngaoundéré pour une durée de 5 ans, axé sur les échanges entre les Universités de Ngaoundéré et de Tromso en Norvège pourrait bien servir de point de départ si on y annexe les activités de recherche et la mobilité de chercheurs. Le Cameroun abritera en 2019, la 18ème  Réunion des Ministres des Affaires Etrangères des pays d’Afrique et d’Europe du Nord. C’est pourquoi il souhaite que l'éducation, la recherche scientifique et l'innovation soient inscrites dans l'agenda de cette importante rencontre internationale.
 
 
Jens-Petter Kjemprud a par ailleurs fait la promesse d’inviter le MINRESI au « Nordic African Business sommit » qui est le plus grand Forum des pays scandinaves (Norvège, Danemark, Suède, Finlande) en matière d’Agri-business, de technologie et de l’énergie spécialement dédié à l’Afrique, afin d’y présenter les opportunités qu’offre le Cameroun. Ce Forum se tiendra en novembre 2018 à Norvège.
 
Il a aussi approuvé l’idée de la mise en place d’un partenariat axé sur la formation des chercheurs camerounais en océanographie, hydrologie et écosystèmes marins, domaines dans lesquels la Norvège excelle. Il a en outre renchérit que dans le cadre de la surveillance côtière, un bateau norvégien sillonne les côtes des pays de l’Afrique de l’Ouest jusqu’au Golfe de Guinée et que les chercheurs Camerounais peuvent être associés à cette opération dans le cadre de leurs activités de recherche. La Norvège dispose de l’une des plus prestigieuse école d’agriculture tropicale où les chercheurs camerounais peuvent bénéficier des formations de pointe a-t-il tenu de conclure non sans avoir apprécié les spécimens de café made in IRAD. 
 
 
 
   
 
 
 

 

 

 

Services aux Usager

Background Image

Header Color

:

Content Color

: