Nous écrire Contact             Français | English

BUDGET 2018

 Renforcer le   dialogue  de   gestion   en   interne  pour éviter les  cloisonnements.   C’est   la principale  recommandation   à   l’issue   de   la   cérémonie   de   lancement   du   budget du MINRESI pour le compte de l’exercice 2018.  Cérémonie présidée par le Secrétaire général du Ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation, madame Rebecca Madeleine Ebellé Etamè, le mardi 06 février 2018 dans  sa salle de conférences du MINRESI. Cétait en présence du Directeur général du Budget  qu’accompagnait   une   équipe   mixte   d’experts,   venant     des   Ministère   des   Finances,   de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire et des Marchés Publics. Cette importante assise dédiée à la présentation des innovations de la loi des finances   2018, concernait prioritairement les responsables de programmes, les ordonnateurs délégués, les responsables de la chaîne Planification Programmation, Budget et Suivi/Evaluation, les acteurs des commissions de passation des marchés, les responsables du contrôle de gestion,   les contrôleurs financiers, les agents comptables et les responsables des instituts sous tutelle du MINRESI. Dans   son   propos   liminaire,   le   Secrétaire   général   du   MINRESI   s’est   réjouit   de l’organisation d’une telle cérémonie et a traduit le vœu de Dr Madeleine Tchuinté, ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation, de voir cette initiative favoriser l’assainissement de la gestion des finances publiques et la mise à niveau des différents maillons de la chaîne du secteur des finances.  Le Directeur général du Budget, Edou Alo'o Cyrille a quant à lui tout d’abord présenté l’importance de la recherche scientifique qui a de tous les temps été située au centre des  préoccupations des différents gouvernements dans le monde. Pour lui, la création de tout un  ministère en charge de la Recherche et de l’Innovation traduit la volonté du chef de l’Etat de faire de ce département ministériel le levier de la croissance économique et de la création des emplois au Cameroun.

 Le Directeur général du budget a ensuite décliné l’objectif de cette rencontre à savoir,  amener   les   différents   acteurs   de   l’exécution   du   budget     à   le   maîtriser   pour   mieux   le coordonner.   Il s’agit, a-t-il poursuivi de fluidifier la chaîne des responsabilités et sensibiliser les acteurs sur la maîtrise de la planification budgétaire. Ces principaux responsables sont entre autres : les responsables des programmes, ceux de la chaîne Planification Programmation, Budget et Suivi/Evaluation, les responsables administratifs, ceux en charge des contrôles des opérations budgétaires notamment les contrôleurs financiers, les responsables des services des marchés et ceux en charge de la gestion matière. Edou Alo'o Cyrille a aussi précisé que cette cérémonie devrait permettre de mettre en œuvre   un   nouveau   partenariat   permanent   et   diversifié   entre   les   administrations   de coordination   budgétaire   et   les   ministères   sectoriels.   Cela   développera   chez   les   acteurs financiers, le professionnalisme, la réactivité et   la   pro   activité   dans le   management   des activités budgétaires. Trois communications ont été à l’occasion présentées. La première a porté sur la circulaire du 02 janvier 2018 Portant Instructions relatives à l'Exécution des Lois de Finances, au Suivi et au Contrôle de l'Exécution du Budget de l'État, des Entreprises et Établissements Publics,   des   Collectivités   Territoriales   Décentralisées   et   des   autres   Organismes Subventionnés.   Un   texte   qui   vise   à   faire   mieux   avec   peu   de   moyens.   La   deuxième communication   s’est   attardée   sur   le   suivi   de   l’exécution  du   budget   d’investissement   du MINRESI. à ce propos, au regard des manquements observés en 2017, il a été recommandé le suivi concerté mensuel dudit budget, le classement de la performance mensuelle des structures de recherche, la revue trimestrielle du Bip et la transmission du rapport d’exécution dudit Bip au contrôleur financier central du MINRESI et au MINFI. La troisième communication a étécentrée sur l’optimisation de la consommation du Bip et la nécessité du respect du calendrier  de passation des marchés dont la date limite est fixée au 30 avril 2018. Pour finir les recommandations ont globalement été déclinées ainsi : qu’il y ait une planification précise et bien structurée des activités budgétaires en début d’année ; que les ordonnateurs entretiennent des relations de proximité professionnelle avec les responsables en charge du contrôle des opérations budgétaires, afin de favoriser la célérité dans le traitement  des dossiers ; que les rencontres qualifiées de dialogue de gestion entre le MINRESI, le MINFI, et le MINMAP se multiplient. D’ailleurs à ce sujet, une prochaine rencontre similaire a été fixée au mois de juin afin de faire le point sur l’impact des recommandations de cette cérémonie de lancement.

    André BION

 

Background Image

Header Color

:

Content Color

: