.

L’effectivité du réseau national des Centres d’Appui à la Technologie et à l’Innovation (CATI) au cœur d’un séminaire au MINRESI

 La salle de conférence du Ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation a abrité du mardi 23 au mercredi 24 mai 2017, un séminaire sur l’effectivité du réseau national des CATI. La rencontre a été organisée par le MINRESI à travers le Comité National de Développement des Technologies et d’autres institutions partenaires. Notamment, le Ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique, l’Ecole National Supérieure Polytechnique de Yaoundé, avec la collaboration de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle. 

L’objectif de ce séminaire s’est décliné en : l’utilisation technique et scientifique pour améliorer le stockage des produits agricoles ; la nécessité d’utiliser les bases de données commerciales pour mieux exploiter les technologies recherchées et les stratégies à adopter pour faire des PME.

Les communications ont été animées par des professeurs de haut vol de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, conduits par M. Ituku Elangi Botoy, Administrateur chargé de l’information en matière de propriété industrielle. Ainsi, les participants, une trentaine au total, venus des instituts sous tutelle du Ministère de la Recherche scientifique et de l’Innovation, du Ministère des Mines, de l’Industrie et du Développement technologique (MINMIDT), ont été édifiés entre autres sur des modules tels que : les outils et stratégies de recherche de technologies dans les bases de données gratuites et commerciales ; les séances pratiques de recherche d’articles et autres documents scientifiques de référence. Il y a aussi eu des communications sur la revue complète des réseaux CATI.

Parmi les recommandations phares, l’on retient : l’achat des équipements appropriés afin de ne pas se limiter aux schémas techniques ; la nécessité d’arrimer les enseignements universitaires et les enseignants aux bases de données ; l’accompagnement dans l’obtention des brevets d’invention ; la nécessité d’apporter un appui aux projets CATI, en termes d’études de marché préalables et de stratégie marketing pour la vulgarisation des projets. Les activités de recherche et même leur utilisation à l’échelle industrielle devraient être minutieusement suivies par les législations en vigueur et les structures agréées ; la recherche-développement en matière de technologies doit prévoir des périodes considérables d’observation avant l’implémentation des innovations à l’échelle de production.

André BION

 

Instituts de recherche

                                        

Background Image

Header Color

:

Content Color

: