.

Le CNDT en faveur de la sensibilisation des entreprises à intégrer les résultats de la recherche pour une meilleure compétitivité

     C’est l’une des options fortes prise lors de la 3ème Conférence annuelle du Comité National de Développement des Technologies qui s’est déroulée du 03 au 04 novembre 2016 dans la salle de Conférences du MINRESI sous le thème : Sciences et technologies, les nouveaux enjeux de l’innovation pour le développement. Les assises ont été présidées au nom de Madame le Ministre par l’Inspecteur général du MINRESI. Dans son discours d’ouverture, Dr Roger Noel Iroumé a tout d’abord mis en exergue le fait que cette conférence s’inscrit en droite ligne des options du gouvernement de la République à travers le MINRESI en matière de Recherche scientifique et de l’Innovation notamment : densifier la fonction de transfert des résultats de la recherche vers les secteurs économiques et la promotion de la culture de l’innovation. Pour lui, cette conférence a débouché sur la formulation de recommandations fortes à l’attention du Gouvernement, en matière de politique publique de l’innovation notamment en ce qui concerne l’appropriation, le développement, l’adaptation et la valorisation des technologies.
    Cette conférence constitue un élément important pour stimuler à travers le CNDT, les ambitions du MINRESI de faire de la science, de la technologie et de l’innovation les moteurs réels du développement de notre économie. L’innovation, a-t-il précisé, ne peut pleinement jouer son rôle pour le développement de notre pays et son émergence à l’horizon 2035, que si un lien solide est établi entre l’offre des résultats scientifiques et technologiques et leur valorisation industrielle et commerciale. 
    L’Inspecteur général du MINRESI a également adressé aux participants les vives et chaleureuses félicitations de Dr Madeleine Tchuinté, Ministre de la Recherche scientifique et de l’Innovation.
    Pour ce qui de l’objectif de cette conférence, Il a été question pendant deux jours pour les communicants de présenter les performances en matière de recherche et d’innovation mais aussi de faire une évaluation de celles-ci ainsi que de la vulgarisation et la valorisation des résultats de la recherche, afin de proposer des mesures pertinentes susceptibles de promouvoir une économie moderne axée sur la connaissance, et à même de répondre aux enjeux d’un développement durable, inclusif et équitable dans le but de formuler des recommandations au gouvernement et de vulgariser les innovations technologiques nouvelles à l’instar de : les caractéristiques d’un « siliconvalley » camerounais ; un réfrigérateur à compression fonctionnel ; compost naturel et fertilisant ; les bougies de filtre destinées uniquement à la microfiltration Développement d’un séchoir local ; bouteille de lumière pour éclairer en journée dans les maisons précaires ; sac marmite pour conserver la chaleur de l’ébullition jusqu’à cuisson de l’aliment ; charbon écologique et pavés écologiques ; l’huile de peaux d’orange qui est un anti microbien ; fabrication d’un hydro distillateur semi industriel pour l’extraction de l’huile des peaux d’orange.
    Parmi les recommandations phares, l’on retient : la nécessité d’apporter un appui aux projets innovants pour passer de l’étape artisanale à celle semi-industrielle ; un encadrement des innovateurs en termes d’études de marché préalables et de stratégie marketing pour la vulgarisation des projets issus de la recherche. Les activités de recherche et même leur utilisation à l’échelle industrielle devraient être minutieusement suivies par les législations en vigueur et les structures agréées ; la recherche-développement en matière de biotechnologie agricole doit prévoir des périodes considérables d’observation avant l’implémentation des innovations à l’échelle de production ; promouvoir l’agriculture biologique et une moindre utilisation des produits chimiques.

    Une soixantaine de participants a pris part à ce rendez-vous. Ils provenaient des instituts de recherche sous tutelle du MINRESI, des ministères sectoriels, des universités d’Etat et privées et des grandes Ecoles.
    Les communications ont été animées par des professeurs de haut vol conduits par Pr. Joseph Fometeu, Enseignant à l’Université de Ngaoundéré et à l’OAPI. Les thématiques ont porté entre autres sur : science et technologie dans la société moderne et innovation et développement durable.

                          

      André BION

 

 

 

Instituts de recherche

                                        

Background Image

Header Color

:

Content Color

: